Royal Philatélie Hesbignonne

 

L’histoire postale
de l’arrondissement de Huy.

                                                                                                        par F. Mahiels

                     VII. Les Préoblitérés

       Les timbres préoblitérés sont des timbres ordinaires qui servent à l’affranchissement de divers types d’imprimés. Les feuilles de timbres sont oblitérées d’avance par la poste (Pré-oblitéré) afin de faciliter la tâche des postiers et gagner du temps. Les envois affranchis au moyen de ces timbres ne sont plus oblitérés au moment de leur remise au bureau de poste (remise obligatoire d’au moins 1000 pièces et depuis 1970 de 500 pièces dans le même bureau de poste).

 

 

       Les timbres préoblitérés typographiquement (= typos) sont à distinguer des timbres préoblitérés par roule, à la main. L’encre des préos – roulettes est plus épaisse et plus grasse que celle des typos ; l’oblitération est souvent bien visible au verso du timbre et surtout plus régulière.

       L’oblitération à la roulette existe depuis 1894 et est restée en vigueur jusqu’en 1938. En 1911 apparition du bilinguisme, l’année exprimée en 4 chiffres

      L’oblitération typo existe depuis 1906 ; à partir de 1938 le nom du bureau émetteur n’apparaît plus, il est remplacé par le nom « BELGIQUE / BELGIE »  et  le dernier timbre préo est paru
le 05 oct 1996 (Tarin des aulnes).

                     VIII : Les Oblitérations Chemins de Fer

      L’Administration des chemins de fer belges émet ses quatre premiers timbres le 01 mai 1879 (type armoiries). Ces vignettes devaient affranchir les petits colis (maximum 5 kilos) bénéficiant d’une réduction de tarif. On remarqua immédiatement que le cachet allongé jusque là employé (notamment pour les lettres de voitures) ne convenait pas pour oblitérer les timbres, en raison de ces dimensions ! (de 38 à 49 mm)

 

 

      L’administration choisit un cachet de forme hexagonale, avant d’arriver au cachet rectangulaire, puis au rectangulaire avec deux pans coupés.

 

 
 

 

 

      A partir du 22 décembre 1879, un fait important est à signaler : ce sont les bureaux de poste qui – à la place des chemins de fer – s’occupent du transport des petits colis et les timbres « chemins de fer » recevront des oblitérations rondes.

 

 

      Dans l’arrondissement de Huy, une ligne de chemins de fer fut reprise par l’état, le 10 mai 1942. Il s’agit du NORD BELGE. Me cachet utilisé par les gares rappelle le type rectangulaire de l’Etat. On rencontre ces cachets sur les valeurs d’usage courant émises avant 1940

            

      Une autre ligne de chemins de fer exploitée par des sociétés privées, la ligne HESBAYE-CONDROZ fut reprise par l’Etat le 01 janvier 1900.

      Les cachets sur timbres chemins de fer utilisés par les gares et les bureaux se présentent le plus souvent sous forme de griffes encadrées… mais il y en a de toutes espèces.