Royal Philatélie Hesbignonne

 

 Oblitérations explosives


   de Jean-Christian de Séraulx

  

        Pour beaucoup de philatélistes, « oblitération » est synonyme de « cachet rond portant le nom du bureau de poste et la date du dépôt de la lettre dans les services postaux ». Les puristes préfèrent cependant utiliser le nom de « timbre à date » pour l’instrument et d’ « oblitération »pour l’action d’annuler le timbre au moyen dudit « timbre à date ». Le résultat, à savoir l’encre apposée sur le timbre-poste par le timbre à date lors de l’oblitération, est l' « empreinte » du timbre à date.

        Mais il faut savoir que l’oblitération ne s’est pas toujours faite à l’aide du timbre à date. En effet, dans la plupart des pays, il a été fait usage d’un « timbre oblitérant » dont le seul but était d’annuler le timbre-poste...

        La plupart des offices postaux craignaient fort de voir leurs timbres-poste réutilisés après lavage de l’encre apposée par le timbre oblitérant. (A ce propos, signalons qu’il y a quelques dizaines d’années, le brave citoyen belge qui, recevant une lettre dont les timbres avaient échappé à l’oblitération, les décollait et les réutilisait contrevenait aux règlements postaux et était passible d’une amende! Nous ignorons si cette réglementation est encore en vigueur actuellement...)

 

        On a donc essayé de trouver des moyens efficaces d’empêcher le lavage des oblitérations. Un moyen radical interdisant tout réemploi est celui imaginé en Perse au 19e siècle: l’utilisateur devait laisser un coin du timbre non collé, et le facteur, en guise d’annulation, n’avait qu’à déchirer ce coin... On a dit que la plupart des facteurs persans effectuaient cette opération avec leurs dents... Allez savoir si c’est exact!

 

        Autre système, adopté, lui, par les postes américaines: après l’impression, les timbres subissaient l’empreinte d’une « grille » dont les pointes s’enfonçaient dans le papier, permettant ainsi à l’encre de pénétrer profondément à l’intérieur du papier, rendant ainsi le lavage de roblitération pratiquement impossible. (Il a été employé plusieurs modèles de grilles, et certains de ceux-ci confèrent aux timbres une plus-value appréciable.) Le Royal Mail britannique, lui, pour l’impression des timbres, utilisait des encres spéciales extrêmement solubles dans l’eau; une de ces encres, un violet à base daniline, portait le nom évocateur de « doublement fugitive ».

        D autres systèmes plus destructeurs ont été proposés (et, heureusement pour les philatélistes, non adoptés): le plus (d)étonnant aurait consisté à imprimer les timbres sur un papier comportant deux couches, entre lesquelles on aurait placé une charge de fulminate de mercure [formule chimique: Hg(ONC)2] un produit servant autrefois pour les amorces d’engins explosifs. Ce brave fulminate a la propriété remarquable d’exploser quand il est soumis à un choc. Mes lecteurs d’un âge presque canonique se souviendront sans nul doute du jouet appelé « revolver à amorces », dans lequel on plaçait un rouleau de papier double renfermant de petites charges de fulminate. Le chien du revolver faisait exploser une de ces charges chaque fois que l’on pressait sur la gâchette. L’effet sonore était des plus réussis. Dans le cas de nos timbres, le choc causé par lappasition du cachet oblitérant aurait fait exploser la charge de fulminate, détruisant ainsi le timbre-poste! Je vous laisse imaginer le boucan qui aurait régné dans les bureaux de poste si ce système avait été adopté.

        Plus moderne, l’emploi d’un laser a aussi été préconisé: les rayons de ce laser auraient très rapidement effacé toute l’encre de la surface du timbre!

        Fort heureusement pour les philatélistes collectionneurs de timbres oblitérés, ces procédés n’ont pas vu le jour... En lieu et place, les autorités postales se sont contentées de concevoir des cachets oblitérants annulant les timbres d’une manière définitive. Certaines de ces oblitérations sont d’ailleurs appelées «  killer cancellations ». c’est à dire « oblitérations tueuses ». ce qui évoque bien leur rôle vis-à-vis de l’affranchissement

        Le tout premier timbre oblitérant nous vient bien sûr de Grande-bretagne, où il apparut en même temps que le premier timbre-poste Il s’agit de la fameuse « croix de Moite », terme utilisé par tous les philatélistes et marcophile, bien que la croix en question ne corresponde en rien à celle qui est l’emblème de l’Ordre de Malte. Le premier timbre, le « Penny Black ». était noir, il fut donc oblitéré à l’encre rouge. Cette combinaison de couleurs n’ayant pas donné satisfaction, le timbre fut réimprimé en rouge, l’oblitération se faisant en noir. Afin de pouvoir déterminer la date de dépôt, on utilisait un timbre à date, qui était opposé en dehors du timbre-poste

        Par la suite, la Poste britannique utilisa des cachets doubles, dont une partie servait à dont l’oblitération du timbre, tandis que l’autre était un timbre à date.

        On connaît mieux les timbres oblitérants de notre pays dés le 1er juillet 1849, chaque bureau de poste disposait d’un timbre oblitérant composé de multiples barres parallèles entourant un numéro d’ordre attribué au bureau. Les premiers cachets comportaient 18 ou 17 barres assez fines. Astuce bien belge on a utilisé deux séries de numéros, l’une pour les bureaux de direction et de perception, l’autres pour les bureaux de distribution, bans le premier cas, les barres étaient horizontales, dans le second verticales. (Les spécialistes utilisent volontiers les abréviations P + numéro ou b · numéro pour désigner ces oblitérations. Vous trouverez une liste de ces oblitérations au début du COB).

        Cependant, pour plus d’efficacité, certains bureaux reçurent des cachets oblitérants ne comportant plus que huit barres fort épaisses. ON Jugera sur notre exemple de l’efficacité de l’oblitération

        Le 15 avril 1864, les cachets à barres furent remplacés par un nouveau timbre oblitérant, dit « losange de paints (LP), similaires à ceux employés en France. Ceux-ci ne furent supprimés qu’en 1873: ce sera alors le timbre à date qui effectuera roblitération du timbre. On peut trouver la liste des oblitérations LP dans le « Catalogue Spécialisé des Oblitérations Belges 1849-1910 » édité par la firme NIPA en 1999. Malgré toutes les précautions prises par les offices postaux, on a connu de multiples exemples de fraude par lavage des oblitérations. Le cas le plus célèbre est sans doute celui d’un Américain de Cincinnati, M. Alvin Gould. Celui-ci, fort imprudemment, avait placé en 1984 dans divers journaux une petite annonce offrant des « timbres sans gomme, non oblitérés à des prix soldés ». Des inspecteurs du Post Office ne manquèrent pas de rendre une petite visite au domicile de M. Gould, où ils trouvèrent pas moins de 50 millions de timbres oblitérés, ainsi que 104.000 timbres non oblitérés sans gomme. M. Gould avoua avoir gagné pas moins de 47.000 $ (ce qui, à l’époque, n’était pas mal du tout !) en vendant des timbres lavés de leur oblitération. Il fut condamné à un an de prison, mais sa peine fut plus tard commuée en un an de « service à la communauté ». A ce titre, il enseigna les bases de la philatélie aux pensionnaires d’une maison de retraite proche de son domicile.

        A la suite de ce procès, on instaura un service spécial, dénommé « Contraband Postage Identification Program » (CPIP). Ses membres passent leurs journées à lire les petites annonces de la presse philatélique, pour y repérer les offres suspectes...

« Penny Red » dentelé, oblitéré à Liverpool
        Fort heureusement pour les philatélistes collectionneurs de timbres oblitérés, ces procédés n’ont pas vu le jour... En lieu et place, les autorités postales se sont contentées de concevoir des cachets oblitérants annulant les timbres d’une manière définitive. Certaines de ces oblitérations sont d’ailleurs appelées << killer concellations ». c’est-à-dire « oblitérations tueuses ». ce qui évoque bien leur rôle vis-à-vis de raffranchissement.
        Le tout premier timbre oblitérant nous vient bien sûr de Grande-bretagne, où il apparut en même temps que le premier timbre-poste Il s’agit de o fameuse « croix de Moite », terme utilisé par tous les philatélistes et marcophile, bien que la croix en question ne corresponde en rien à celle qui est l’emblème de rordre de Malte. Le premier timbre, le « Penny Black ». était noir, il fut donc oblitéré à l’encre rouge. Cette combinaison de couleurs n’ayant pas donné satisfaction, le timbre fut réimprimé en rouge, l’oblitération se faisant en noir. Afin de pauvoir déterminer la date de dépôt, on utilisait un timbre à date, qui était opposé en dehors du timbre-poste.
« Penny Red » oblitéré par une croix de Malte noire 

    Par la suite, la Poste britannique utilisa des cachets doubles, dont l’oblitération du timbre, tandis que l’autre était un timbre à date.
une partie Servait à
        On connaît mieux les timbres oblitérants de notre pays dés le 1er juillet 1849, chaque bureau de poste disposait d’un timbre oblitérant composé de multiples barres parallèles entourant un numéro d’ordre attribué au bureau. Les premiers cachets comportaient 18 ou 17 barres assez fines. Astuce bien belge on a utilisé deux séries de numéros, l’une pour les bureaux de direction et de perception, l’autres pour les bureaux de distribution, bans le premier cas, les barres étaient horizontales, dans le sec